Mots-clefs

,

logo_palmares_RDD

En 2010, la ville de Bordeaux avait reçu pour deux ans le ruban du développement durable.  Cette récompense, saluait l’engagement de Bordeaux en 2005 sur sa charte d’écologie urbaine qui avait mobilisé l’ensemble des élus et des fonctionnaires. A la suite de cette démarche qui n’engageait que les services municipaux, les élus avaient décidé d’aller plus loin, en s’engageant sur un agenda 21, adopté en décembre 2008, après un an et demi de concertation avec les Bordelais. C’est cette démarche que les rubans du développement durable saluaient en 2010.

Il faut savoir que les Rubans depuis 2003, labelisent chaque année, des collectivités locales qui intègrent le développement durable dans l’ensemble de leurs politiques.
Cette récompense ne  valorisent pas des actions ponctuelles ou des politiques sectorielles, mais un engagement sur une stratégie qui porte sur tous les champs du développement durable, mobilise le plus grand nombre d’acteurs du territoire, génère des actions et des partenariats innovants.

C’est ainsi que de 2012 à 2014, la ville de Bordeaux voit donc son label renouvelé, le jury des rubans récompensant la collaboration avec la communauté urbaine sur le développement durable, l’articulation entre agenda 21, projet social et projet d’aménagement urbain durable, le plan Climat Energie Territorial, la construction de cinq écoquartiers ou encore la charte Energie Climat avec les acteurs économiques.

On peut cependant regretter que ces rubans ne s’arrêtent qu’au niveau de la démarche et ne s’intéressent en définitive pas ou peu au contenu et au suivi des actions.

C’est du reste aussi la critique faite par la cour des comptes dans un référé du 25 septembre 2014 sur les agendas 21 qui déplore la faible qualité générale des agendas 21 locaux en vigueur et notamment l’absence d’indicateurs de résultats.

Bordeaux n’échappe, hélas, pas à cette critique.

Si la municipalité aime à afficher son engagement en faveur de l’environnement, malheureusement l’ensemble des outils mis en place restent difficilement quantifiables, évaluables par les bordelais. Depuis 2008, le suivi des indicateurs concernant les différentes actions de l’agenda 21 par exemple n’apparait nul part.

Sans informations claires, précises, et sans vision, année après année, il est donc très difficile d’avoir un avis clair et objectif des réalisations concrètes sur le terrain.

Pour finir, sur bon nombre d’actions,(en dehors des points sur lesquels la mairie veut bien communiquer…) nous ne savons toujours pas, fin 2014, si les objectifs fixés au départ ont bel et bien été réalisés.

Lire aussi sur le sujet: https://ecolobordeauxblog.com/2014/09/15/recherche-agenda-21-desesperement/

Publicités