Mots-clefs

, , , , ,

bornes verre

En 2013, avec 22 kg par habitant et 15 500 tonnes de verre trié, Bordeaux métropole se place en France à la 7° place des collectivités pour le tri de cette matière.

Plutôt un bon résultat mais qui pourrait être certainement amélioré.
En effet, la moyenne nationale est au-dessus avec 29 Kg par habitant. Ce chiffre est notamment obtenu grâce aux bons résultats des communes rurales.
Car selon l’ ADEME,   on trie mieux le verre dans nos campagnes que dans nos villes!

Ce qui est assez paradoxal, compte tenu des distances à parcourir à la campagne pour trouver un container à verre.

Il faut dire que ceux ci, sont souvent en ville, insuffisamment répartis et encore trop peu nombreux sur certains secteurs.
En effet, dans certains quartiers, il est encore difficile d’en trouver directement à proximité. La configuration des rues et l’opposition de certains riverains font que les élus de quartier rechignent bien souvent à les installer.  

Pour être dans la norme règlementaire, il faudrait un conteneur à verre pour 600 habitants. Or si l’on regarde les chiffres de 2011, on est à 754 bornes pour 727 256 habitants, soit 1 borne pour 964 habitants: très loin encore de l’objectif…

La densité de la ville centre et les oppositions vis à vis de ces bornes, n’aident certainement pas . Le maire de Bordeaux, lui-même, trouvant ces containers laids, n’est pas d’accord pour leur installation en surface, notamment dans le coeur historique. Il reste favorable à la solution des bacs enterrés mais bien plus coûteux à l’installation, pour la collectivité; et bien plus long pour leur mise en place.
Position assez surprenante, compte tenu du fait que Bordeaux vient de décider de remettre des bacs collectifs pour les ordures ménagères… tout aussi « laids », en centre ville.

Pourtant ce problème n’est pas à prendre à la légère…

La problématique de la récupération du verre jeté dans les ordures ménagères « traditionnelles » n’est pas futile. Car le traitement de nos déchets coûte de plus en plus cher à la collectivité. Le verre non trié alourdit considérablement les tonnages récoltés de nos poubelles et par conséquence la facture pour la collectivité et… notre taxe pour les ordures ménagères.
Le verre recyclé est donc source d’économie aussi bien financière qu’environnementale. C’est pourquoi des collectivités tentent de mobiliser les élus autour de cette question.

verre par terre

Le Syndicat Mixte de Traitement des Ordures Ménagères du Nord Seine et Marne par exemple, organise de janvier à décembre 2015, un concours qui portera sur l’augmentation du tonnage de verre collecté par habitant. Ainsi la commune adhérente au syndicat qui aura la plus forte augmentation de ratio en comparaison de l’année précédente sera récompensée.

On se dit que Bordeaux métropole pourrait reprendre cette idée afin d’augmenter ses résultats pour le tri du verre et mobiliser ainsi les habitants par commune. Chaque commune serait donc incitée à communiquer en ce sens et à tout faire pour être la commune la plus vertueuse de l’agglomération, en matière de recyclage.

Car encore trop d’emballages en verre sont jetés dans nos poubelles d’ordures ménagères au lieu d’être déposés dans les bornes à verre.
Une bêtise d’autant que le verre est un matériau qui peut être recyclé à l’ infini.
La priorité est donc d’étendre encore plus l’apport volontaire du verre pour augmenter les tonnes afin de mieux maîtriser les coûts.

C’est pourquoi des efforts doivent encore être faits à Bordeaux pour de nouvelles implantations. Encore trop de zones denses en habitations sont  trop peu  dotées en bacs. Surtout que des études ont prouvé que les tonnages de verre récupéré augmentent avec la dotation en bac sur le territoire.
Densifier la ville, en bacs pour le verre, , influe directement sur les tonnages récoltés.
Alors bornes or not bornes?

Publicités