Mots-clefs

, , , , ,

cite du vin

Les journées européennes du patrimoine sont bien souvent l’occasion de visiter des bâtiments municipaux inscrits dans le paysage bordelais. On peut même parfois en découvrir des plus récents.
A l’occasion de cet événement national du week end, on s’est intéressé tout particulièrement aux grands projets architecturaux qui sont apparus dans le paysage bordelais ces dernières années ou qui sortent actuellement de terre.
Avec, derrière la tête, deux questions toutes environnementales:
Tous ces projets prennent-ils tous en compte l’environnement dans leurs conceptions et comment s’organise la communication sur ce sujet ?
A l’heure de la COP 21 et du dérèglement climatique, ces éléments sont-ils mis en avant par l’administration ou les gestionnaires des différents sites?
C’est ce que nous avons tenté de découvrir sur internet et sur les documents mis en ligne par ces différentes structures.

maison eocitoyenne

La maison écocitoyenne.

La décision de ce gros travail de réhabilitation(500 m2) est tout à l’honneur de la ville qui a décidé, en 2007, sa transformation de manière écologique.
Mais la rénovation de cet ancien bureau des dockers sur les quais de Bordeaux a connu quelques péripéties et posé quelques soucis aux services municipaux.
Sur le papier, trois « vagues » sur le toit, permettent une entrée de lumière naturelle et une exposition optimale à l’énergie solaire.(Plus de 150 m2 de panneaux photovoltaïques pour l’électricité et des capteurs solaires pour l’eau chaude, pas forcément très esthétiques) Un toit en grande partie végétalisé complète le dispositif et permet une isolation thermique efficace et naturelle. L’eau de pluie récupérée sert à l’entretien du toit et à l’alimentation des sanitaires.
Sur le papier, c’est la réalisation idéale.
Cependant il semble que tout n’ait pas fonctionné à merveille. La chaudière bois a posé dès le démarrage problème, tout comme le toit végétalisé,…
Alors le bilan?
Bien difficile d’en dire beaucoup plus car nul bilan énergétique sur le site de la maison écocitoyenne. Il est étonnant que pour un bâtiment aussi vertueux, la mairie ne communique pas plus. Occasion manquée ou délibérée?

BCM_EXT_3

La cité municipale

Terminée en avril 2014, ce bâtiment administratif qui accueille plus de 850 agents des différents services de la ville devrait permettre à Bordeaux de faire des économies. Bâtiment à énergie positive, il devrait produire en effet plus d’énergie qu’il n’en consomme, en tout cas sur le papier. Construit sous la forme juridique d’un partenariat public-privé, séduisant par ses ambitions environnementales, il n’affiche toujours pas de bilan énergétique malgré une année de fonctionnement.
Dommage car si les résultats sont positifs, ils mériteraient d’être clairement affichés.
Et la mairie aurait tout intérêt à le faire… alors pourquoi un tel silence?
Sur le sujet lire aussi: https://ecolobordeauxblog.com/2014/09/26/ma-cite-va-craquer/

stade

Le nouveau stade de Bordeaux.

Sur le site officiel du Matmut Atlantique, rien sur l’écologie. S’il est bien mentionné que pour la construction de l’édifice, le terrain a été dépollué, aucune mention spéciale « environnement » qui signale une toiture solaire (750 m2 pour une toiture totale de 36 000 m2) ou encore la capacité des cuves pour la récupération des eaux de pluie, pourtant bien présentes.
Pas de chiffres, ni de « Greenwashing »
donc, l’écologie ne semble pas intéresser les partenaires du club, ni les visiteurs du nouveau stade de Bordeaux?

la-future-cite-des-civilisations-du-vin-en-construction
La cité des civilisations du vin

Sur le site internet de ce projet, si l’élément environnemental n’est pas le point primordial, on trouve cependant un onglet intitulé : « Un bâtiment respectueux de son environnement ». Il y est dit que le cabinet d’architectes « a pensé la construction afin qu’elle produise l’impact environnemental le plus faible possible. » Bâtiment haute qualité environnementale, de conception « bioclimatique performante », la forme compacte de la construction et la ventilation du bâtiment devraient permettre de gagner, selon ses concepteurs, cinq degrés en été et limiter ainsi l’usage de la climatisation. Il est signalé aussi le recours à la géothermie, comme du reste sur l’ensemble de ce quartier. Mais sans plus de précision technique bien difficile encore de se faire une opinion.

Au 21° siècle, un bâtiment se doit d’être beau mais aussi performant énergétiquement.
La communication sur ce sujet se doit d’être exemplaire, les bilans: les plus objectifs et honnêtes possibles.
Et trop souvent encore l’élément environnemental est oublié quand on visite un bâtiment.
Alors dimanche, si on posait la question qui fâche?

Publicités