Mots-clefs

, , , , ,

images

On compte actuellement 17 déchèteries sur notre  métropole dont seulement trois  à Bordeaux.

Avec 245 223 habitants, Bordeaux a une déchèterie pour moins de 82 000 habitants sur son territoire . Alors que le ratio à l’échelle de l’agglomération est d’un centre de recyclage pour 35 000 habitants … Cette situation est donc parfaitement inéquitable vis à vis des autres communes de l’agglomération dans la mesure où Bordeaux, depuis maintenant des années  se repose largement sur ses villes voisines pour prendre sa part…

Mais ceci est aussi dommageable pour les Bordelais puisqu’il leur faut le plus souvent traverser toute la ville, voir en sortir,  pour trouver une déchèterie.

De là, malheureusement à laisser leurs encombrants sur le trottoir, il n’y a qu’un pas que certains n’hésitent pas  à franchir…

Rappelons aussi que  tout cela  a aussi un coût non négligeable pour notre collectivité. Car le ramassage quotidien des dépôts sauvages (vieux frigo, matelas, meubles,…) ou le recours à Bordeaux Propreté augmentent les charges de la commune et du coût de la gestion des déchets.

Capture d’écran 2016-02-23 à 19.07.15

Sur cette carte de Bordeaux Métropole, on se rend parfaitement compte du déficit de déchèteries sur la ville centre.

Si globalement les autres communes jouent le jeu, on s’aperçoit que Bordeaux malgré ses nombreux projets urbains (Bassins à flots, Euratlantique, Ginko, Bastide Niel,…) y a refusé leur implantation.  Ce constat est d’autant plus préoccupant qu’avec les futurs projets d’aménagement des quais, côté Deschamps ou  Paludate,  ces deux déchèteries vont disparaître. Si elles seront bien remplacées, leur localisation, du côté de la Benauge et du secteur Brazza, rive droite donc,  accentue ainsi encore un peu plus le déficit rive gauche de déchèteries.( avec notamment le départ du centre de Paludate)

Ce choix, de ne pas intégrer dans les grands projets urbains les déchèteries est caractéristique d’une politique municipale qui refuse de voir ses déchets.  Sur un écoquartier, comme le quartier Ginko, un centre de recyclage ou bien une recyclerie n’aurait pas été, par exemple totalement incohérent avec la logique affichée.

Car déjà très en retard sur la collecte sélective, du verre notamment, le déficit Bordelais en matière de déchèteries pèse aussi sur le bilan de Bordeaux Métropole en matière de déchets collectés.

Et ce n’est pas l’annonce de la création d’écopoints (sorte de mini déchèteries au coeur des quartiers) sur Mérignac ou  Talence qui compensera le manque flagrant de centre de recyclage sur la ville centre.

D’autant que l’écopoint prévu depuis novembre 2011, sur le quartier St Augustin se fait toujours désespérément attendre…

819266_21303900_460x306

 

 

 

Publicités