Mots-clefs

, , , ,

cité muLa cité municipale a été conçu comme un bâtiment à énergie positive (BEPOS), C’était tout au moins la volonté première de la Mairie de Bordeaux de faire en sorte que  ce bâtiment,  qui regroupe la plupart des services administratifs,  respecte les objectifs fixés par l’Agenda 21 de la Ville en matière d’énergie.

Il devait donc,  en théorie, produire plus d’énergie qu’il n’en consomme  grâce à ses 1 500 m² de panneaux photovoltaïques, son isolation et une géothermie chaude et froide. L’énergie frigorifique excédentaire devait même permettre de rafraîchir aussi le Musée des Beaux-Arts tout proche.

Il semble que pour l’année 2014, cela n’a pas été tout à fait  le cas…

Certes si le bâtiment a démarré ses activités seulement durant l’été 2014, ces  cinq mois de fonctionnement ont connu de nombreux aléas techniques. Normal,  selon les spécialistes,  pour un bâtiment très moderne, qui a donc, et  on peut le comprendre, essuyé « quelques plâtres » et quelques revers techniques…

Mais on peut s’interroger sur les premiers chiffres. Dans le cadre du suivi du périmètre BEPOS, si l’on se base sur le rapport de Bouygues énergies & services, pour les 3 premiers mois d’activité ( aout, septembre et octobre) la production photovoltaïque est largement en dessous des attentes: 47 387 KWh. Alors que  la consommation générale d’électricité  était  de 189 790 kWh!

La cité municipale a donc été en 2014 très loin des résultats d’un bâtiment à énergie positive, la différence entre la production d’énergie et la consommation énergétique du bâtiment étant d’au  moins  120 000 kWh. 

Mais il est vrai que dans le contrat signé avec la mairie, l’engagement du prestataire ne démarre qu’en année 2, c’est à dire en 2015.

Même s’il semble que les problèmes ont continué sur ce bâtiment: un incendie de l’armoire électrique photovoltaïque a interrompu la production électrique jusqu’au mois d’avril… Nous attendons donc les résultats pour cette année 2015 avec impatience.

Publicités