Mots-clefs

, , , , ,

allianz-riviera-nice-07-2013-001869

Les stades qui recevront les matchs de l’euro en 2016  ont tous affiché, tout au moins au départ, une ambition très développement durable.

Qu’en est-il à un mois de l’ouverture de cette compétition?

Dans les dossiers de presse, de ces stades flambants neufs, spécialement sortis de terre pour cette compétition de football, la tonalité de départ était clairement écolo.
C’est ainsi que tous annonçaient un nombre conséquent de panneaux solaires sur leur toit : 7000 m2 pour Marseille, de 24000 m2 pour Lyon, etc…

Aujourd’hui, à l’heure où ces stades sont terminés, après un rapide tour d’horizon des trop rares informations présentes sur le net, voyons qui est le grand gagnant, en matière d’écologie.

Le stade Vélodrome de Marseille avec 67 000 places est par ses dimensions le plus grand après le stade de France. Comme les autres villes, il annonce des « innovations sur le plan énergétique », un « système de récupération des eaux de pluie pour alimenter le réseau d’eau non potable (arrosage de la pelouse, sanitaires, nettoyage des espaces extérieurs) » et la récupération des calories produites par les eaux sortant de la station d’épuration voisine.
Mais toujours aucun chiffre pour renseigner ce dossier technique et les 7 000 m2 de panneaux photovoltaïques du projet sont semble-t-il passés à la trappe!
Regrettable quand on sait que pour éclairer la pelouse, un recours quotidien à la luminothérapie très énergivore est nécessaire pour remplacer le soleil qui ne pénètre pas certaines zones de ce stade…

Le Stade de Lyon, 59 000 places, affichait lui aussi, sur le papier, une ambition très écolo.
Entre 13 000 m² et 24000 m2 de panneaux solaires étaient prévus sur le toit du stade des lumières (sic)…
Finalement, c’est seulement 1000m2 qui seront installés sur les toits du … futur centre d’entraînement. Mais les responsables du stade des lumières  assurent que d’autres solutions énergétiques et écologiques seront prises en compte comme la géothermie, la récupération des eaux de pluie,… bien entendu sans avancer encore un quelconque chiffre.

Le stade de Lille Pierre Mauroy de 50 000 places annonce fièrement l’utilisation de panneaux solaires et de deux éoliennes pour fournir de l’énergie électrique. Malheureusement ici aussi toujours aucun chiffre précis ne circule pour étayer ces affirmations.

stade bordeaux

Le stade de Bordeaux avec ses 42 000 places aurait pu jouer dans la cour des grands stades écolos. Malheureusement la volonté de l’équipe municipale, à l’heure des choix budgétaires, n’a pas résisté aux économies qui se sont faites, au dernier moment, comme toujours, sur le poste développement durable. Si le maire se plaît à vanter son stade le moins cher de tous ceux construits à l’occasion de cette coupe d’Europe, il omet de signaler que la couverture solaire sur le toit se réduit à une peau de chagrin.  Les 533 m2 de panneaux solaires posés sur la toiture totale de 36 000 m2 ne pourront compenser le coût de l’éclairage du stade et de sa pelouse chauffée à 6°…

Il apparaît donc , à ce jour, que le Stade de Nice est le grand vainqueur de cette compétition des stades spécialement construits pour cette compétition de l’euro.

Certes plus modeste avec ses 35 000 places, il est cependant doté d’une vraie centrale photovoltaïque constituée de près de 7 000 m² de panneaux solaires intégrés à la membrane du toit qui couvrira trois fois les besoins générés par l’Allianz Riviera, soit 1500 MWh par an, la consommation annuelle de 600 foyers.

En ce qui concerne les autres stades, seulement rénovés  pour l’occasion, c’est le stade de St Etienne Geoffroy-Guichard, 42 000 places, qui apparait aussi comme le plus vertueux en la matière. Une surface de  2 600m2 panneaux solaires a été installée pour une puissance de 200.000 kWh d’électricité par an,
Et le projet ne s’arrête pas là, la métropole de Saint-Etienne a  lancé  un projet inédit : utiliser un biodiesel à base d’huile de friture pour éclairer le stade de foot. L’huile en question sera collectée dans la restauration rapide collective, les restaurants et  les particuliers.

Les autres stades qui recevront les matchs de l’Euro sont le Stade de France ( 80 000 places) , le  Parc des Princes  (45 000 places) le Stade  Bollaert-Delelis  ) à Lens   ( 35 000 places)  et le Stadium Municipal de Toulouse  ( 33 000 places) . Pour ces stades, ici encore très peu d’informations sur  la problématique environnementale…

Publicités