Mots-clefs

, , , , ,

ecomanifestation

Depuis 2007, la ville de Bordeaux édite un guide des éco-manifestations pour tous les organisateurs d’événements sur son territoire.

Le but est de réduire l’impact sur l’environnement et de rappeler à chacun  la nécessité de maîtriser la gestion de ses déchets, sa consommation d’énergie, d’eau et de réfléchir aussi à ses déplacements.

Tout organisateur d’événements doit donc renvoyer à la direction de la voie publique, un dossier technique de manifestation publique.

Dossier technique très classique, dans lequel seule du reste la gestion des déchets est noté avec une recommandation d’installation de bacs pour le »tri du carton, papier et pour les autres déchets » mais sans mention supplémentaire sur les bio déchets ou même le verre…

Si en préambule de ce dossier, on demande effectivement à l’organisateur de signer des engagements sur différents points qui touchent les transports, les produits éco-compatibles, les consommations, les déchets,… et même la sensibilisation à l’environnement ; cet engagement reste purement formel et n’engage, ni ne contraint en rien le responsable de la manifestation.  

A l’issue de son événement,  il lui suffira juste de  transmettre une fiche bilan des différentes actions qu’il aurait éventuellement mis en place. ecomanifestation-bordeaux-pngDe plus,  le  guide des manifestations éco-responsable , date quelque peu.

Les seuls exemples qui servent de modèles sont : la fête du vin de 2008 et la fête du fleuve de 2009.  On aurait aimé avoir de nouvelles expériences plus récentes avec notamment plus de chiffres et  des bilans mieux étoffés.

Beaucoup de préconisations qui vont dans le bon sens mais peu de résultats chiffrés.

On apprend ainsi que Bordeaux Fête le Vin 2008, c’était 450 000 participants pour 225 tonnes de déchets,  45 tonnes de papiers utilisés et 90 MWh d’électricité consommés, que  Bordeaux fête le fleuve en 2007, a eu 250 000 participants pour 125 tonnes de déchets produits,  25 tonnes de papier utilisées et 50 MWh d’électricité consommés … mais en définitive : peu de résultats très probants ou d’actions très mobilisantes.   

Bordeaux fête le vin 2007 met en avant l’utilisation de verres en verre et d’ étuis (en plastique) qui se gardent…  Bordeaux Fête le fleuve 2008  un tri sélectif auprès des exposants avec papier/carton, verre et déchets industriels banals ou encore  Les Epicuriales (date?) proposent un tri sélectif des déchets par les restaurateurs…

En matière d’engagements et de réalisations, c’est donc plutôt le service minimum!

Heureusement, seul l’exemple donné de la traversée de Bordeaux à la nage en  2008, s’en sort plutôt bien en proposant des actions intéressantes avec gobelets compostables mis à la disposition des nageurs, matériaux ( Cordages et flotteurs) ramassés sur le littoral, buffet de produits de saison issus des cultures biologiques, sacs en papiers recyclés pour la distribution des cadeaux, prospectus en papier recyclé ou encore mise en place de régulateurs d’eau sur les douches et  installation de toilettes sèches,…

On peut donc regretter que depuis 2008, de nombreux et de nouveaux événements bordelais ne soient pas cités comme  le Marathon,  le carnaval, Novart, So Good, le festival Chahut, le Fan  …

Bordeaux mériterait une communication plus performante en ce sens, compte tenu des ambitions de  son agenda 21.  

La mairie ne peut et ne doit se contenter des simples préconisations de cette charte.

Sur le site de la fête du vin, http://www.bordeaux-fete-le-vin.com/Infos-pratiques/Une-Fete-eco-responsable  si la communication est parfaite, le contenu l’est un peu moins, avec toujours peu d’actions affichées. De plus,  les engagements de compensation carbone sur lesquels le maire et le directeur Stephan Delaux s’étaient engagés au départ sont nulle part indiqués…

Sur le site de la fête du fleuve, http://www.bordeaux-fete-le-fleuve.com rien à l’horizon en matière de développement durable et de respect de la charte des éco-manifestations.

Pas un mot non plus  sur le site du marathon de Bordeaux http://www.marathondebordeauxmetropole.com/fr  d’un quelconque engagement environnemental.

Heureusement, de nombreux  festivals indépendants se mettent à réfléchir et à communiquer sur leur bilan carbone et leur pratique avec une vraie analyse environnementale de leur évènement.   C’était du reste le thème du forum de l’événementiel responsable organisé par le collectif la Crème ce lundi 24 novembre aux Chantiers de la Garonne: « Des événements responsables viables:les bonnes pratiques d’économie circulaire »

ocean-climax-ecomanifestation

Le  festival Ocean Climax organisé par Darwin Eco-système  a ainsi demandé à BCO2 Ingénierie de l’aider dans l’évaluation de son édition 2016. Le résultat est visible  en ligne et permet une première analyse: http://oceanclimax.fr/Rapport_BCO2_Ing%20Darwin_Ocean_Climax.pdf

Même si des chiffres plus précis manquent tout de même à ce premier bilan, c’est bien toute la réflexion et la démarche autour de l’organisation même de ce festival  qui est intéressante avec un affichage clair et éducatif vis à vis de cet engagement environnemental ainsi que  la mise en place d’actions concrètes: tri des déchets, consommation locale et bio, toilettes sèches, matériaux de récupération utilisés pour les stands, compostage des bio déchets, …

Une dynamique claire et engagée que l’on souhaiterait voir rapidement développée à l’échelle de Bordeaux et de l’ensemble  de ses différents événements.

 

Publicités