Mots-clefs

, , , , ,

pibal-bordeaux

Le nouveau plan vélo 2017-2020 de Bordeaux Métropole voté vendredi dernier consacre 70 millions d’euros à la petite reine.  Budget donc conséquent et ambitieux qui permettra certainement d’améliorer le confort des cyclistes et d’en augmenter ainsi le nombre sur l’agglomération.

Dans toutes les mesures annoncées, une action est passée quelque peu inaperçue : l’annonce du retour du pibal. 

Le pibal, c’est le vélo du designer  Philippe Starck , lancé à grand renfort de publicité par le maire de Bordeaux et qui  devait révolutionner notre pratique urbaine de la bicyclette. Mi-vélo, mi-patinette, le pibal était promis selon ses initiateurs a un bel avenir.

Cela n’a, cependant, duré que quelques mois.

Au-delà des quelques défauts vite signalés par les premiers utilisateurs, comme sa taille ou son poids, sa plateforme patinette qui touchait à chaque descente de trottoir ou encore  son système de vitesse complexe, un défaut de fabrication a obligé le fabricant Peugeot à les rappeler ,  en urgence, durant l’été 2015  dans ses ateliers.

Depuis , ils avaient disparu du paysage bordelais, hormis quelques très, très rares spécimens.

Le conseil de Bordeaux Métropole a donc décidé de les relancer et annonce qu’il en coûtera tout de même 150 000 euros aux contribuables de notre agglomération pour la mise « à niveau » des pibals déjà livrés. 

A vos calculettes!

Donc 323 pibals avaient été prêtés aux Bordelais puis repris. A l’époque, la ville de Bordeaux  annonçait vouloir en mettre au total 500 en circulation , fin 2015.  Aujourd’hui, on nous annonce une ligne budgétaire de 150 000 euros en 2017 pour remettre  » à niveau  » les pibals déjà livrés.

Ce qui représente si ces chiffres sont exacts (150 000 euros pour 500 pibals), soit 300 euros par pibal. Chère, la remise en état… Sachant que leur construction initiale avait déjà coûté 420 euros…

Mais rien n’arrête le progrès et Bordeaux Métropole annonce dors et déjà l’achat programmé de nouveaux pibals pour 50 000 euros chaque année et ce jusqu’en 2020.

Lire aussi:  https://ecolobordeauxblog.com/2016/04/01/le-pibal-espece-en-voie-dextinction/

 

 

 

Publicités