img_1020

Ce vendredi 27 janvier 2017, le conseil de Bordeaux Métropole  vient d’enterrer la dynamique démarrée sur Darwin, il y a huit ans.

Retour donc  aux fondamentaux sur ce secteur de Bordeaux Bastide avec développement  immobilier annoncé à tout va sur les 35 hectares de friches militaires et ferroviaires. Car la ZAC de Bastide Niel ne dérogera pas à la règle du Ginko ou des Bassin à flots.  Bordeaux Métropole Aménagement (BMA) reprend la main dans ce dossier.

On aurait pu espérer un autre dénouement, compte tenu de ce qui avait été réalisé  sur ces quais  rive droite.

Pourtant au départ, le pari financier risqué de l’entrepreneur Philippe Barre est loin d’être gagné. Après  d’intenses tractations, le président de la CUB de l’époque Vincent Feltesse (PS) et le maire de Bordeaux (UMP) acceptent de céder pour 1,3 millions d’euros, un hectare de friches pour bâtir  l’écosystème Darwin comme l’appelle ses concepteurs.

Le lieu devient peu à peu incontournable.

Entreprises et associations se bousculent pour pouvoir y développer leurs activités. Ses fondateurs accélèrent le mouvement et développent une quantité de projets plus ou moins lucratifs. On y trouve un espace de coworking pour entreprises écoresponsables, un restaurant et une épicerie bio mais aussi un ferme urbaine, des logements d’urgence, un skate park, Emmaüs, une zone de compostage, un atelier de réparation vélo, etc…

Le dimanche matin, le tout Bordeaux se croisent et vient y « bruncher » . Le réseau Darwin peu à  peu s’installe et se rêve plus grand. En deux éditions, un festival « Océan Climax Festival » draine de nouvelles populations et installe l’écosystème sur la scène nationale et européenne.  Les politiques de tous bords et les personnalités médiatiques saluent la réussite de cette initiative citoyenne et collaborative.

Mais ce système économique, écologique et social a investi des lieux laissés vacants par la collectivité  grâce à des  autorisations d’occupation temporaire (AOT).  Presque deux hectares sont ainsi aménagés au fil des années pour accueillir grâce au fonds de dotation de Darwin, pas moins d’une quarantaine d’associations.

Aujourd’hui ce sont ces terrains que Bordeaux métropole a décidé de  récupérer pour bâtir, comme prévu au départ, son futur écoquartier Bastide Niel. 

Ainsi l’équipe de Darwin voit ses ambitions freinées et ses espaces réduits.

Mais si l’aventure sur ce site s’arrête pour les associations, l’aventure continue pour ses initiateurs.

En effet, seules les structures associatives logées temporairement sont priées de libérer les lieux pour être éventuellement déplacées sur d’autres sites. La fracture entre  le Darwin associatif et le Darwin entrepreneurial est provoquée par la collectivité.

Les initiateurs de Darwin continueront leur développement sur les berges de la Garonne avec  la guinguette d’Alriq, Les chantiers de la Garonne ou encore le club nautique Les marins de la lune… Mais aussi sur le site même de l’écosystème  où 10 000 m2  devraient être  bientôt aménagés en auberge de jeunesse, crèche,  nouvel espace de coworking, université du numérique,…

L’aventure entrepreneuriale continue donc pour Darwin mais sans la dynamique associative qui a été cassée par Bordeaux Métropole. Les associations sportives, artistiques, citoyennes et écologiques qui apportaient lien social, conscience environnementale et intérêt économique n’ont donc pas été retenues dans le futur schéma urbain d’aménagement de Bastide Niel.

Les associations trinquent donc à Darwin mais le champagne… c’est pour les promoteurs de Bastide Niel! 

Publicités