Mots-clefs

, , , , , , , ,

Composteur BordeauxDans une poubelle,  30% des déchets pourraient être recyclés par simple compostage. Soit un tiers de nos déchets ménagers qui pourraient se passer de traitements coûteux, ce qui permettrait à la collectivité de faire de sacrées économies.

C’est la raison pour laquelle  depuis maintenant quelques années, Bordeaux Métropole s’est engagé en ce sens.  L’objectif final est de  réduire la production annuelle d’ordures ménagères et assimilées sur notre territoire et de faire baisser d’autant la part de l’incinération.

Prenant en compte l’augmentation régulière de sa population et afin de freiner la production de déchets, la collectivité a donc  mis en place  des distributions gratuites de composteurs aux particuliers afin d’inciter les habitants à valoriser  leurs déchets organiques et réduire en conséquence le poids des poubelles.

C’est ainsi que depuis 2012, plus de 20.000 composteurs ont été distribués sur toute l’agglomération. En 2017, pas moins de cinq distributions sont programmées.

Reste que tout ceci ne concerne encore  que ceux qui ont la chance d’avoir un jardin…

Pour aider les Bordelais en habitat vertical, Bordeaux Métropole s’est mis à installer des composteurs collectifs,  suite à appels à projets,  dans des jardins publics ou au pied d’immeubles : Bacalan, jardin public, jardin de la béchade, Nansouty,… Tous les quartiers sont concernés. Pas moins de 23 projets de compostage partagé ont vu le jour, soit plus de 800 foyers concernés.

Et les mairies aussi ne sont pas en reste.
La ville de Bordeaux a développé  une collecte des déchets compostables dans  ses écoles.  Les restes des cantines qui partaient jusqu’à présent en décharge ou à l’incinérateur  sont dorénavant valorisés  pour faire du compost.
A une plus grande échelle, les déchets verts de l’ensemble de l’agglomération, collectés en régie communautaire sont aussi valorisés biologiquement.
Si en 2014, 57 614 tonnes ont été traitées; en 2016 seulement 51 909 tonnes ont été prises en charge par la société « La grande Jauge » délégataire de service public de compostage, située à St Médard en Jalles et SITA, prestataire de Bordeaux Métropole. Cette baisse selon les services serait due aux conditions climatiques. Reste que déjà en 2015, Bordeaux Metropole avait tout juste atteint les 50 000 tonnes…
Malgré cette baisse, c’est tout de même en 2016, 69,25 kg par an et par habitant.(79,22 kg/an/habitant en 2014) qui sont récoltés.   En 2015, la plateforme de compostage avait  produit  12 398 tonnes de compost,  1112 tonnes de terre végétale, 61 tonnes de mulch et enfin 118 tonnes de terreau.
Alors le compost, solution remède à la gestion de nos déchets ménagers?
La valorisation matière et la valorisation organique des déchets non dangereux et non inertes permet effectivement de faire baisser le poids de nos poubelles et la part d’incinération sur Bordeaux Métropole.
Mais la collectivité est encore loin de son objectif fixé à 55% pour 2020 . Avec seulement 34% de valorisation matière en 2016 dont 12% seulement de la valorisation biologique,  il est nécessaire d’aller plus loin. Alors quelles pistes?
Pour les particuliers vivant en habitat collectif et ne bénéficiant malheureusement pas d’un composteur au bas de leur immeuble, la solution d’une distribution par la collectivité de lombricomposteurs à installer sur leur balcon ou leur cagibi serait déjà une action à engager.
En ce qui concerne  le recyclage matière et organique des déchets ménagers et assimilés,  il semble possible d’améliorer encore les tonnages collectés en déchèteries.
Si cette année heureusement pas une seule tonne n’est partie pour être éliminée en installation de stockage de déchets non dangereux; en 2015, 254 tonnes ont été éliminées ainsi. Ce qui prouve qu’il est possible de soigner le tri afin d’optimiser la valorisation et de faire baisser les coûts.
Une autre piste à envisager, serait aussi de lancer une expérimentation de collecte sélective des déchets de cuisine pour l’habitat collectif. La mairie de Paris a démarré l’opération en mai 2017 sur deux arrondissements. Ces déchets fermentescibles  collectés sont ensuite  valorisés dans une usine de méthanisation qui produit électricité et chaleur tout en fournissant du compost en produit final.
Les objectifs de la loi de transition énergétique  ne seront pas atteints sur Bordeaux Métropole tant qu’on ne réussira pas à faire baisser la part de l’incinération. Avec encore plus de 52% d’incinération en 2016 et seulement 34% de valorisation matière, nous en sommes encore  très loin des attendus du Grenelle de l’environnement.
Publicités