Mots-clefs

, , , ,

Angers ville verte Ecolobordeauxblog

Angers, ville la plus verte de France.

Bordeaux dans le top dix des villes les plus vertes ?

C’est un classement que l’équipe municipale n’est toujours pas prête de mettre en avant dans sa promotion touristique de la ville.

Avec seulement 28 m2 d’espace verts par habitant, la capitale girondine se classe loin dans le palmarès des cinquante plus grandes villes de France. 
Tellement loin qu’on voit mal comment Bordeaux pourrait rattraper son retard compte-tenu des projets immobiliers en cours qui font toujours aussi peu de place au végétal .

Dans le palmarès 2017, réalisé par l’observatoire des villes vertes de France, on apprend que la surface moyenne d’espaces verts par habitant est de 48m2.
Sur ce seul critère, des villes se placent largement en pôle position: Strasbourg avec 113 m2 ou Angers avec 100 m2 font la course en tête .
Mais le classement final ne retient pas ce seul critère.
C’est ainsi que Nantes, avec seulement 37m2 d’espaces verts par habitant, réussit tout de même à se hisser en deuxième position grâce à une politique volontariste et ambitieuse.
Cette ville de 291 000 habitants, capitale verte européenne en 2013, a pour objectif final de relier l’ensemble de ses espaces verts et ses coulées vertes afin de permettre à la biodiversité urbaine de s’épanouir, pour le plus grand bien-être de ses habitants.

Nantes Ecolobordeauxblog

Nantes, capitale verte de l’Europe en 2013

Mais c’est Angers qui remporte, comme déjà en 2014, la médaille d’or. Il faut dire que cette ville réussit à se placer trois fois dans les cinq podiums que compte ce classement : patrimoine vert accessible au public (4ème) investissement (2ème) et préservation de la biodiversité (1er). Ce qui lui assure la première place, même si elle ne se place ni dans le chapitre « promotion de ses parcs et jardins » ni dans les « techniques d’entretien ».

Et Bordeaux dans tout cela ?

Notre ville ne réussit à se hisser que sur un seul podium, celui de l’investissement, ce qui sous-entend le développement et l’amélioration de son patrimoine végétal.
Bonne nouvelle donc, même si cette cinquième place ne doit pas faire oublier le différentiel existant entre les villes. Si nous n’avons pas pu obtenir le détail du classement de notre ville, Nantes, avec un budget de près de 40 millions d’euros, surclasse tous ses concurrents, y compris Lyon, pourtant deuxième, avec 25 millions d’euros.

Dans les autres catégories, Bordeaux perd du terrain.
En 2008, avec le regretté Agenda 21 de la ville de Bordeaux, et son plan climat, notre ville semblait à la pointe notamment en matière de gestion de ses espaces verts.
L’équipe municipale s’est peut être trop reposée sur ses lauriers… Comment expliquer autrement son absence sur les podiums ?
Malgré une communication bien rodée, il semble que Bordeaux, qui affichait une dynamique novatrice et écologique de ses espaces verts, soit aujourd’hui, dépassée même en ce domaine.

Pour le reste, la ville de pierre restera minérale.

Hormis la requalification des quais en espaces verts, on ne voit pas dans les projets de quartiers, éclore de nouveaux espaces verts dignes de ce nom. Seul le quartier Ginko a un jardin clairement identifié et des berges du lac plus ou moins aménagées. Mais rappelons que ces terrains étaient déjà à l’origine des zones vertes que l’aménageur Bouygues a simplement rasées pour y bâtir son écoquartier…

Pour les autres futurs quartiers de Bordeaux, le vert n’est pas vraiment au programme : pas de grand jardin sur Bastide Nieĺ (mais des « parcs 3D », micro-jardins conceptuels), la ferme urbaine Niel sera prochainement remplacée par des logements ou des parkings, rien sur les Bassins à flots hormis un simple aménagement paysager des promenades, pas de parc non plus sur St Jean- Belcier en dehors de l’aménagement de la voie rapide jusqu’au futur pont Jean Jacques Bosc.

IMG_2013

Bordeaux,  place des commandos de France

Notre ville manque donc toujours cruellement d’espaces verts et d’îlots de fraîcheur, ce qui deviendra de plus en plus problématique au vu du réchauffement climatique qui progresse crescendo.
A Bordeaux, promoteurs immobiliers et marchands de climatiseurs ont encore de beaux jours devant eux.

Publicités