Mots-clefs

, , ,

Pôle emploi Chomage Bordeaux

Bordeaux  attire depuis quelques années tous les regards. Ville classée la plus tendance du monde en 2016 par le guide de voyage « Lonely Planet », Bordeaux est devenue la métropole française la plus en vue, ces dernières années. De là, à se rêver millionnaire pour grandir économiquement, il n’y avait qu’un pas que les responsables politiques n’ont pas hésité à faire.

« Quand le bâtiment va tout va »  répète inlassablement le maire de Bordeaux. C’est ainsi que depuis quelques années maintenant de grands projets ont donc été lancés. Grand stade, Arena, Cité du vin, Ginko, Bassins à flots, LGV, Bastide Niel, extension du tramway au delà des boulevards, … Le maire de Bordeaux rêve la ville en grand, même si les Bordelais ont parfois du mal à suivre.

Le but est de gagner en attractivité pour attirer des habitants et des  investisseurs. La croissance de la ville doit résoudre tous les problèmes du moment: dette, fiscalité, chômage.

Et cela marche… tout au moins pour certains.

Cette modification de la ville fait effectivement le bonheur des affairistes du moment et des géants du BTP.  Le prix du mètre carré explose et les bons plans pour la défiscalisation s’arrachent comme des petits pains si on en croit les agents immobiliers. Aux Bassins à flots, 80 % des logements vendus sont des produits de défiscalisation.  L’arrivée de la LGV accélère considérablement le mouvement et crée une vraie pression sur la population qui connait cependant de plus en plus de difficulté pour se loger. Mais pas que…

Car si depuis plus de dix ans, des projets économiques sont engagés dans différents domaines:  Euratlantique, technologies de l’information et de la communication,  grand pôle d’activité tertiaire, tourisme d’affaires et de loisirs, économie numérique… Les résultats, sur le plan de l’emploi,  ne sont pas à la hauteur de cette formidable modification que connaît notre ville.

Bordeaux grues ecolobordeauxblog

Selon les chiffres de l’INSEE, à Bordeaux, le taux de chômage était en 2008  de 14,4 %.  En dix ans, la formidable attractivité de Bordeaux aurait dû réussir à faire baisser le chômage.

Raté! Les chiffres de l’INSEE de 2014 ne semblent pas vraiment donner raison à nos décideurs: un taux de 16 % malgré tous les efforts entrepris pour dynamiser la ville.

Si des emplois sont bien créés: 7 900 emplois au sein de la métropole en 2016 selon l’adjointe au maire, en charge de ce dossier. Il semble que la courbe du chômage ne s’inverse toujours pas.  Bordeaux malgré ses nombreuses grues et projets de développement économique ne fait donc  pas mieux qu’ailleurs sur le terrain de l’emploi.

Si la situation économique nationale reste bien entendu la principale cause  de ce chômage important, on aurait pu espérer au moins une légère éclaircie économique sur Bordeaux. Il n’en est rien.

La question est donc de savoir à quoi servent tous ces projets s’ils produisent aussi peu d’effets en terme de réduction du chômage…

 La croissance à tout prix de la ville semble ne bénéficier au final qu’à une partie de la population et à des investisseurs en recherche de bons plans.

Le modèle économique national dominant est ainsi reproduit à l’échelle locale.

Toujours plus de  croissance pour toujours plus de dégâts locaux et collatéraux: loyers en hausse, difficultés pour se loger, précarité, éviction de la ville centre, quartiers champignons, hausse des pollutions, des déchets, réduction des espaces naturels, …

Tout cela au nom de l’emploi mais sans toujours la garantie d’offrir à tous un emploi digne de ce nom.

http://www.sudouest.fr/2017/09/08/flambee-de-l-immobilier-a-bordeaux-jusqu-ou-les-prix-peuvent-ils-grimper-3756177-705.php

http://www.sudouest.fr/2017/03/13/economie-les-bordelais-me-jugeront-sur-mes-resultats-3271745-4778.php

https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=COM-33063#chiffre-cle-3

https://www.insee.fr/fr/statistiques/1405599?geo=COM-33063

Publicités