Étiquettes

, , , , , ,

vaisselle Bordeaux Ecolobordeauxblog

La ville de Bordeaux, face à la contestation de certains parents d’élèves constitués en collectif « Cantine sans plastique », contre la vaisselle en plastique généralisée dans les restaurants scolaires depuis janvier 2017, a tenté de calmer les choses en faisant analyser ces assiettes.

Les résultats communiqués vont dans le sens de la mairie en indiquant que les molécules issues de cette vaisselle ne représentent pour les enfants aucun danger:

chimique http://www.bordeaux.fr/images/ebx/fr/groupePiecesJointes/47105/1/pieceJointeSpec/147423/file/analyse_chimique.pdf

et/ou biologique . http://www.bordeaux.fr/images/ebx/fr/groupePiecesJointes/47105/1/pieceJointeSpec/147424/file/analyse_biologique.pdf

Tout au moins, et pour nuancer : les taux sont largement inférieurs aux normes européennes d’un point de vue chimique et d’un point de vue biologique.

Du coup la contestation continue dans les écoles.

Car les études lancées par la mairie et rendues publiques ne semblent pas respecter le cahier des charges du collectif (défini avec l’aide de scientifiques spécialistes de ces questions comme le professeur Narbonne). Alors qu’au départ, une concertation avait lieu avec le collectif anti-plastique  et qu’une réunion commune avait eu lieu à la mairie le 29 juin à ce sujet, les parents d’élèves ont été mis devant le fait accompli.

Le collectif « Cantine sans plastique » ne compte donc pas en rester là. Il estime, comme le groupe écologiste (EELV) au conseil municipal, que les tests réalisés sont « partiels et partials » n’analysant au final que ce que la mairie veut bien trouver… C’est ainsi que le bisphénol S, perturbateur endocrinien n’a pas été mesuré. Le bisphénol A, lui, est tout de même  bien présent mais à des taux inférieur à la règlementation européenne selon l’étude.

Aujourd’hui la mairie en appelle à la majorité silencieuse pour conforter sa décision.

Pour tenter de  faire taire définitivement les opposants, la municipalité a ainsi lancé une consultation sur ce sujet, ouverte jusqu’au 22 septembre. http://www.bordeaux.fr/p127951

Surprenante démarche. 

Peut-être aurait-il mieux valu déjà commencer par un petit sondage express avant de changer toute la vaisselle des cantines ?

Peut être qu’une concertation avec le collectif pour déterminer les molécules recherchées aurait évité de froisser les parents ?

Car même si le résultat de ce sondage va dans le sens de la mairie, cela ne calmera nullement les parents qui d’ors et déjà ont d’autres sujets de contestation sur le fonctionnement de la restauration scolaire.
plats plastiques

Notamment l’utilisation de barquettes en plastique, utilisés en liaison froide, pour réchauffer les plats.  Ces contenants sont aujourd’hui montrés du doigt.

Ce qui est certain, c’est que faire monter en température les repas dans des plats en plastique, ce qui peut permettre des migrations moléculaires, ne risque pas de faire baisser la température entre les opposants au tout plastique et la municipalité.

Sans même parler du problème du recyclage de ce plastique.  Ce problème  n’est toujours pas réglé par le Sivu (syndicat intercommunal à vocation unique de Bordeaux-Mérignac) qui gère les 23 000 repas par jour dédiés aux écoles et aux personnes âgées. Il faut savoir que l’ensemble des plats des cantines partent à l’incinération. Lire à ce sujet: https://ecolobordeauxblog.com/2015/11/27/libourne-plus-ecolo-que-bordeaux-merignac/

Affaire à suivre…

Publicités