Mots-clefs

, , , , , , ,

agora Bordeaux

Agora 2017, , 7e édition de la biennale d’architecture, d’urbanisme et de design de Bordeaux Métropole a été l’occasion de réinventer la ville et de poser les enjeux de l’urbanisme contemporain.  Si l’environnement n’était pas absent de ce grand rendez vous,  il a été traité cette année principalement sous l’angle du paysage.

Un  comble pour notre ville qui, loin de  réaménager ses places  publiques très minérales, continue de réinventer la ville en faisant toujours aussi peu de place au végétal hormis celui planté en pot… Mais  rien d’étonnant à tout ceci quand on sait que la directrice de l’aménagement de Bordeaux Métropole n’est autre que la déléguée générale de cette biennale.

Dans le hangar 14, de nombreux projets ont été exposés et ont souligné l’esthétique des futures réalisations.  Mais il aurait été bien venu de mettre plus en avant les gestes architecturaux récents sur Bordeaux Métropole qui répondent aux enjeux climatiques et énergétiques.

Mais comme toujours c’est rarement ce premier critère qui est retenu lors  de la présentation d’un nouveau bâtiment sur notre ville.

Si l’on prend les derniers  projets présentés récemment à la presse, qu’est-ce qui ressort finalement de ces articles ? 

L’originalité et la performance technique sont le plus souvent au coeur des présentations et peu d’articles presse reprennent la problématique environnementale.

Retour donc sur quelques projets récents présentés dans la presse:

Sur Euratlantique, on apprend dernièrement que le groupe Pichet construira un immeuble de bureaux entièrement en bois, le plus haut de France: dix sept étages pour cinquante mètres de hauteur. Mais pas un seul mot sur l’intérêt écologique et les qualités environnementales d’un tel bâti, pourtant bien réels.

Pour Bordeaux Métropole Arena, la salle de concert construite par Bouygues Construction et gérée par le groupe Lagardère, une fois encore, c’est la performance technique qui l’emporte. On y apprend que plafond de 6 000 mètres carrés doit garantir l’élément majeur de cette salle qui est l’acoustique. Le reste on s’en moque visiblement un peu.

Sur Bastide Niel, ce qui ressort à la lecture des quelques présentations, ce sont surtout les trente cinq hectares sur lesquels vont s’ériger ce nouveau quartier. Si l’article rappelle que l’architecte Winy Maas  a souhaité mettre en avant les espaces publics, la qualité environnementale du bâti est là aussi quelque peu oubliée dans la présentation.

Dernière en date, la Halle de Bacalan. On apprend dans la presse que ce nouvel espace accueillera un hôtel 5 étoiles, une auberge de jeunesse, des bureaux  et surtout aura une architecture moderne. Moderne mais de quel point de vue? Esthétique certainement car la performance énergétique tout le monde s’en moque visiblement.

Ces articles récents sont assez caractéristiques du peu d’intérêt des promoteurs et peut être même des journalistes pour  les problématiques environnementales et énergétiques dans le bâtiment.

Oubliée la HQE (Haute qualité environnementale) les BEPOS (bâtiment à énergie positive), les bâtiments passifs, les énergies renouvelables, les panneaux solaires, la géothermie, …  Ces différents points sont très rarement évoqués ou même mentionnés alors qu’ils devraient être au coeur des préoccupations de nos villes en devenir.

Cette année Agora, ne fait donc pas mieux en laissant de côté cette dimension énergétique  et en ne programmant que de trop rares conférences ou débats sur ce sujet, pourtant au coeur des enjeux du 21° siècle.

http://www.sudouest.fr/2016/01/29/bordeaux-euratlantique-la-construction-bois-prend-de-la-hauteur-2258203-2780.php

http://www.sudouest.fr/2017/09/05/bordeaux-metropole-arena-l-amenagement-interieur-a-commence-3749649-2780.php

http://www.sudouest.fr/2016/05/03/bordeaux-les-premiers-projets-de-la-zac-bastide-niel-se-dessinent-2349552-2780.php

 

 

 

 

Publicités