Mots-clés

, , , , , , ,

Renan Turenne

Lorsque la municipalité souhaite réaménager une place, une rue, un quartier, elle convoque logiquement les riverains pour en discuter. Contactés par tractage ou par voie de presse, ce sont généralement  les personnes les plus directement concernées par le projet qui se déplacent le plus souvent. Celles-ci veulent en effet savoir ce qui va se passer pour leur bout de trottoirs ou pour leur rue comment leur quotidien pourrait être impactés par ces futurs travaux.

La mairie, par ce biais, trouve ainsi une légitimité  démocratique et surtout des interlocuteurs très attentifs à leur cadre de vie. Pas forcément, toujours dans le sens de l’intérêt collectif mais, au moins, il ne pourra pas être reproché à l’élu de quartier qui anime ces rencontres de ne pas avoir su écouter les habitants. Le projet est « co-construit » avec les bordelais et ne peut ensuite être contesté car il a eu l’assentiment « général »…

Mais parfois cela dérape.

C’est ce qui s’est passé, mardi 12 juin, pour l’aménagement d’une petite place à l’angle de la rue Ernest Renan et de la rue de Turenne. Délaissée pendant des années, mal conçue, cette placette envahie par les voitures et les deux roues motorisés avait largement besoin d’une rénovation.

Deux réunions avaient donc été organisées entre 2016 et 2018. Chacun avait pu s’y exprimer et un cahier des charges avait été retenu. Ensuite les services de Bordeaux Métropole avaient fait deux propositions aux riverains, présentées lors d’une troisième réunion où le projet avait enfin été arrêté.

Projet refusé

Tout semblait donc clair pour l’ensemble des participants. Mais lors de la réunion d’information sur le programmation des travaux d’aménagement et de mise en valeur de la placette: patatras ! Un vent de fronde est monté de l’assistance, contestant le projet retenu avec comme poing d’orgue: le changement de sens de la rue de Lyon.

Vent debout contre l’adjointe du quartier,  une moitié du public l’a prise à partie. Le projet ne semblait plus correspondre aux attentes de ces riverains en colère. Ils souhaitaient que le sens de la rue ne change pas.

Du coup, l’adjointe recule face à ce front du refus et annonce sous la poussée populaire, que le sens de la rue ne changera pas.  Ce qui n’est pas anodin car cela sous entend: plus de plantation des quatre arbres prévus, plus de piste cyclable à double sens, plus de doublement de la station Vcub, sans parler de la borne de verre enterrée, qui, du reste, l’avait été déjà largement, dès la première réunion de concertation. (Pas de ça devant chez nous!)

Au revoir la vision collective du projet, bienvenue dans le monde du nimby (Not In My BackYard).

Heureusement pour les fonctionnaires de Bordeaux Métropole, plusieurs prises de paroles sont venues défendre le projet retenu, au nom du bien collectif et du refus de céder à la pression d’une poignée de participants.  L’adjointe désarçonnée par ce nouveau revirement de l’assistance, revient donc sur son renoncement et  botte en touche: ce sera au maire de prendre la décision finale…

On peut ainsi légitimement s’interroger sur l’organisation même de ces concertations où l’intérêt individuel prime le plus souvent sur le bien commun.

Projet place Gambetta

Place Gambetta: Un autre exemple  qui interroge  sur les modalités même de la concertation.

Cette place a subi ces dernières années des aménagements afin de tenter d’alléger notamment la circulation sur ce carrefour central largement saturé.  Dans un premier temps, les bus ont ainsi été regroupés sur un côté de la place, le flux de circulation passant dorénavant à l’opposé.

Cette première modification est à mettre au crédit d’une association de riverains et de commerçants qui a décidé de prendre les choses en main et de discuter directement avec les élus. « SOS Gambetta » est devenu en effet un interlocuteur influent ces dernières années pour tout projet concernant cette place. Et n’étant pas vraiment satisfaite du résultat, cette association a ainsi continué à militer pour une réfection totale de la place. Cela tombait bien car la municipalité venant de trouver un repreneur au magasin Virgin ne pouvait laisser, devant un futur Grand hôtel de luxe, un jardin aussi peu conforme aux attentes du repreneur…

C’est donc en septembre 2014 que la Communauté urbaine de Bordeaux ouvre une concertation publique sur l’aménagement de la Place Gambetta.  Huit mois pour informer le public et recueillir son avis. Mais malgré de nombreuses réunions qui ont duré  Apres de huit mois,  cette consultation n’a pas vraiment déplacé les foules…

Seulement 43 contributions dans lesquelles ressort tout de même une forte demande pour réduire la circulation des bus et des voitures. Pour ce qui est du jardin, les avis divergent: certains expriment leur volonté de couper les arbres, d’autres de les conserver.

Un concours de maîtrise d’œuvre est donc lancé par Bordeaux Métropole. Le gagnant devra tenir compte du cahier des charges travaillé avec les commerçants de la place et les riverains. Les avis exprimés lors de l’enquête publique semblent être passés à la trappe, d’autant qu’un rapport de l’A’Urba préconise de revaloriser le patrimoine architectural afin de stimuler l’attractivité de la place…

Ce sont donc les arbres du jardin qui feront les frais de ce réaménagement avec en septembre 2016, le projet de l’agence West 8 qui remporte le concours. L’association « SOS Gambetta » ayant obtenu gain de cause devient « L’esprit Gambetta ».

La suite est une affaire entendue, Et ce n’est pas l’enquête publique organisée dans le cadre de la modification du plan de sauvegarde et de mise en valeur de Bordeaux Métropole, ni les nombreux avis contre, qui changeront les choses.

Publicités