Étiquettes

, , , , , , , , , ,

 

Velos arceaux

Ce n’est plus un ressenti, c’est une certitude : nous sommes de plus en plus nombreux à pédaler en ville.

Et au delà des très bons chiffres enregistrés sur le pont de pierre,  sur le totem du cours du Maréchal Juin qui a dépassé, le 26 septembre, le cap des 500 000 cyclistes, ou sur les compteurs de  Gradignan, Bassens, Mérignac,…  

L’augmentation des cyclistes est incontestable.

D’autant qu’avec la rentrée et les beaux jours, ça pédale sec dans les rues de Bordeaux et des alentours. 

Reste que le nombre de vélo ne fait pas toujours une politique cyclable…

Et aujourd’hui, avec l’augmentation de la pratique de la bicyclette, se pose quelques questions sur les aménagements et la gestion de ce flot de cyclistes dans nos rues.

D’autant qu’un premier coup de patins a déjà été donné, cet été, avec la suppression de la piste cyclable du pont François Mitterand. Malgré une pétition de l’association Vélocité et l’opposition du maire de Bègles, les cyclistes ont fait les frais de la mise à deux fois trois voies de la rocade. Ils devront attendre l’inauguration du prochain pont prévu en … 2020 pour ne plus faire de grands détours.

Interrogations ensuite sur le deuxième plan vélo métropolitain.( 2017-2020 )

Si Bordeaux Métropole a programmé un investissement conséquent, de 70 millions d’euros, pour la bicyclette pendant quatre ans, ce très bel engagement en faveur du vélo doit cependant être analysé avec quelques réserves.

Déjà l’entretien des V3 et l’extension de ce réseau coûtera en 4 ans la modique somme de 17 219 709 euros entre 2017 et 2020, soit près du quart du financement du plan vélo.

Un sacré chiffre pour dynamiser l’offre de vélos en libre-service.  Les V3 sont des vélos sur les communes de Bordeaux Métropole en libre-service accessibles  24h/24 et 7j/7 moyennant un abonnement à la journée, à la semaine, au mois ou à l’année auprès du réseau TBM (Transports Bordeaux Métropole).

A cette offre, il faut aussi rajouter un autre opérateur, indigo wheel qui  propose ses bicyclettes en libre service (Freefloating) sur les communes du territoire.

IMG_1028.JPG

Pourtant ces offres de prêt de vélos ne semblent pas suffir à Bordeaux Métropole qui a décidé de reproduire le prêt des vélos de la ville de Bordeaux l’étendant aux autres villes du territoire, ce qui n’est pas financièrement anodin.

L’achat ce ces vélos équivaut à 240 000 euros et 288 000 euros pour leur entretien, auxquels il faut rajouter l’acquisition de 300 000 euros vélos  » innovants » et 175 000 euros d’entretien,  sans oublier les 300 000 euros programmés (mais seront-ils un jour réalisés?) dévolus à l’achat de nouveaux pibals. Ces vélos de Starck qui n’ont jamais vraiment bien fonctionné sauf en termes de communication municipale…

Au total, c’est 1 303 000 euros de plus investis pour permettre aux particuliers de pédaler au frais de la collectivité.

On peut donc s’interroger sur la nécessité de rajouter à une offre de prêts de vélos déjà conséquente,  une offre publique de vélos classiques et innovants ( cargos, pliants, électriques, …). D’autant que ces bicyclettes ne sont pas réservés à un public prioritaire mais proposés à tous sans distinction.

l’heure des restrictions budgétaires, peut être aurait-il mieux valu investir cette somme dans l’entretien du réseau cyclable, de sa sécurisation ou du stationnement vélo …

Prochains articles à suivre:

Questions sur le plan vélo: 2. A pas comptés. https://ecolobordeauxblog.com/2018/10/13/questions-sur-le-plan-velo-2-a-pas-comptes/

Questions sur le plan vélo: 3. Station finale.

 

 

 

Publicités