Étiquettes

, , , , , ,

cité municipale

La cité municipale, construite par DV Construction, filiale de Bouygues Construction, accueille depuis 2014,  les Bordelais pour toutes leurs démarches administratives.  Ce bâtiment « exemplaire » de la ville de Bordeaux, à énergie positive (BEPOS) doit produire plus d’énergie qu’il n’en consomme.  Mais depuis son inauguration, ce bâtiment n’a toujours pas rempli son contrat de départ.

Pourtant en juillet 2010, c’est la complexité du projet de cité municipale à énergie positive qui permettait à la municipalité de justifier légalement le recours à l’instrument du contrat de partenariat public privé (PPP).

La ville de Bordeaux estimait ainsi nécessaire le recours à ce type de contrat,  » eu égard à ses moyens propres, de définir avec précision le contenu des prestations permettant d’atteindre et de maintenir dans le long terme un bilan énergétique positif pour un bâtiment ayant les dimensions et la vocation de la cité municipale projetée. »

Seulement après trois années pleines d’activités, la cité municipale ne remplit toujours pas ses objectifs de bâtiment à énergie positive.

Dans le rapport annuel 2017, présenté ce lundi au conseil municipal de la ville de Bordeaux, il est noté : « Sur la période analysée allant d’août 2016 à juillet 2017, les consommations ont dépassé de 5,9% la production d’énergie. »

Pas d’inquiétude, cependant pour le gestionnaire qui n’aura pas de pénalités comme il est mentionné dans ce rapport: « le bilan est donc conforme contractuellement, puisqu’il reste dans le tunnel de tolérance de plus ou moins 10%. «  Ce qui s’appelle, un contrat bien ficelé…

Tout le monde est donc gagnant : le maire de Bordeaux qui met régulièrement en avant cette belle vitrine écolo ( qui ne fonctionne pas mais au final qui s’en offusque? ) et le gestionnaire qui,  malgré les défaillances énergétiques du  bâtiment  continue à empocher les loyers du contrat de départ.

C’est pas de l’ énergie positive , ça?