Étiquettes

, , , , , , , , , ,

 

embouteillage

Ah! les légendaires « bouchons » bordelais…

A Bordeaux, pour vos déplacements,  faites-vous toujours le choix du mode de transport le plus rapide?  

Voilà une question, un brin provocatrice et pour y répondre, il a suffi de comparer différents modes de transports sur différents trajets, à plusieurs moments de la journée ou de la semaine.

Alors ajustez vos chaussures, huilez votre chaîne, vérifiez votre abonnement TBM ou prenez vos clefs car le résultat de ce test va, certainement, ébranler quelques certitudes…

Trois applications numériques ont permis de calculer les temps de ces déplacements.

La première application utilisée est celle proposée par le site TBM (Transports Bordeaux Métropole): https://www.infotbm.com/fr   Ce site, plutôt bien fait, permet de rapidement trouver son itinéraire et indique en quelques clics les correspondances, trajets éventuels à pied ou nombre de V3 à proximité. Mais surtout il vous donne l’estimation du temps que vous mettrez pour rejoindre votre destination finale en bus ou en tramway.

La deuxième est une application de trafic et de navigation.  Le choix s’est porté sur le site https://www.viamichelin.fr  qui offre différentes options: voiture, vélo ou marche à pied. Pour chaque mode de déplacements, nous avons retenu, sur les trois choix proposés, le plus rapide.

Et enfin la troisième application est https://www.waze.com/fr/livemap  un site de navigation communautaire qui permet à des conducteurs de partager en temps réel  l’état du trafic. Ce qui nous indiquera en fonction des heures de la journée, les encombrements éventuels.

Une fois allumées ces trois applications, rien de plus facile. On rentre le point de départ et le point d’arrivée, et on obtient le gagnant ! 

1° course (dimanche 16h): Gambetta – Gare SNCF,  soit 3,4 km. 

A pied 44 mn , TBM 23 minutes dont 12 mn à pied, vélo 15 mn , voiture 9 mn.

2° course (lundi 12h30): Gambetta – Darwin,  soit 3,3 km

A pied 49 mn, TBM 35 mn dont 27 mn à pied, vélo 23 mn, voiture 14 mn.

3° course (lundi 17h) Rue Achard (Bacalan) – Gare SNCF, soit 6 km.

A pied 1h30, vélo 34 mn,  TBM 31 mn dont 2 mn à pied, voiture 20 mn.

4° course (lundi 18h) Barrière de Toulouse- Place Jean Cayrol (Ginko), soit 7,7 km.

A pied 1h55, TBM 47 mn dont 4 mn à pied, vélo 35 mn,  voiture 22 mn.

5° course (mardi 8h) Rue de l’église (Caudéran)- Cours Victor Hugo, soit 5,2 km

A pied 1h07 , TBM  43 mn dont  22 mn à pied, voiture 26  mn, vélo 21 mn.

IMG_0460

Hélas donc, n’en déplaise aux militants des transports doux, sur ces itinéraires testés « virtuellement », c’est l’automobile qui reste majoritairement le moyen le plus rapide pour circuler dans les rues bordelaises. (à condition, quand même, de savoir ruser en utilisant une bonne application de trafic et de navigation…)

Ainsi si l’automobile est assurément le moyen le plus polluant, le plus onéreux, le plus bruyant et donc le moins écolo pour circuler. Mais il est encore, au vu de ce test, le plus rapide pour aller, dans Bordeaux , d’un point A vers un point B .

Ce résultat n’est donc pas une bonne nouvelle et ne va pas forcément inciter les Bordelais à changer leurs habitudes…

Mais ce test numérique confirme les enquêtes de déplacements sur Bordeaux Métropole,  qui démontrent que les Bordelais privilégient toujours la voiture pour réaliser la plupart de leurs trajets en ville.

Le vélo est l’avenir de la voiture.

En effet, seul, le vélo, sur des courts trajets ( 3 à 4 km), est capable de concurrencer la voiture en réussissant même à aller plus vite comme, par exemple, sur le parcours du matin.

Mais tant que la voiture l’emportera majoritairement sur tous les autres modes de déplacements, les pratiques ne changeront pas.

C’est la contrainte qui obligera les automobilistes à lâcher leurs voitures. Pour l’instant, les résultats de ce test purement virtuel prouvent que la voiture a encore de beaux jours à Bordeaux.

Pour tempérer tout de même ce résultat,   il faut rajouter pour les automobilistes,  le coût du déplacement (essence et prix du parking)  et surtout le temps pour trouver une place de stationnement… Ainsi sur certains quartiers, faute de place libre,  le temps de l’itinéraire voiture peut considérablement être rallongé.

Du coup,  le vélo (même sans griller les feux…) redevient compétitif et détrône dans bien des cas l’automobile. Ouf!

Surtout qu’au final, le vélo, c’est quand même mieux pour la planète, pour votre porte monnaie et pour votre santé.

Publicités