Étiquettes

, , , , , , ,

images

Le sort des pibals sera donc scellé, ce lundi 29 avril 2019, lors du conseil municipal de Bordeaux.

Le pibal, c’était ce vélo révolutionnaire qui devait tout changer dans notre pratique quotidienne de la bicyclette. Selon son concepteur, Philippe Starck, ce vélo-trotinette « made in Bordeaux » allait inventer une nouvelle manière de concevoir le vélo en ville.

Le plan « com » parfait.

Dès la fin de l’année 2011, les bordelais avaient été invités à penser la future bicyclette urbaine rêvée que Philippe Starck dessinerait. En février 2013, fabriqué par Peugeot, le prototype est présenté à la presse.  Main dans la main, le grand designer et le maire de Bordeaux avaient réinventé le vélo !

images-1

De couac en couac.

Dès le jour de la présentation, les journalistes ne peuvent essayer le prototype…

Cette bicyclette qui devait être « Un vélo pas cher, urbain, pour le quotidien »,  coûte la modique somme de … 420 euros.

Après plusieurs mois de retard, les premiers Bordelais peuvent enfin partir avec.  Mais les premiers retours ne sont pas bons: trop lourds, pas adaptés à toutes les tailles, socle de la patinette trop basse, etc…

Au bout de moins d’un an de fonctionnement, en raison de fissures constatées au niveau du cadre sur plusieurs modèles, la mairie récupère les 531 pibals mis en circulation.

Une facture salée. 

A vouloir réinventer la roue, cette histoire aura coûté au moins 243 600 euros à la ville de Bordeaux.

Aujourd’hui, en dédommagement la société Peugeot s’engage à fournir à la ville cinquante vélos à assistance électrique, d’une valeur unitaire de 2 199€ , soit une somme  totale de 109 950 € .

De son côté, la ville indemnisera la société Peugeot pour le rapatriement et le stockage des pibals à hauteur de 13 139 euros.

Pibals, pi…rien.

Au final, ces pibals seront tout simplement détruits par la société Devival-Derichebourg pour la somme  de 2232,24 € euros, somme règlée par la ville de Bordeaux à Peugeot.

Ainsi acheté 420 euros, chaque pibal coûtera encore pour sa destruction 4,20 euros à la ville de Bordeaux.

Publicités