Étiquettes

, , , , , , ,

IMG_2242

Si votre enfant est inscrit à la restauration scolaire dans une école de Bordeaux ou de Mérignac? Cet article peut vous intéresser.

En effet, dorénavant vous avez la possibilité de choisir ce que mangera votre enfant. Enfin presque…

Le SIVU se met au goût du jour.

Après quelques années de tergiversations, le Sivu ( syndicat intercommunal à vocation unique) qui gère les cantines de ces deux villes a enfin établi un menu végétarien par semaine. Clairement identifiés en vert sur le dépliant distribué aux familles, ces menus sans viande, ni poisson sont dorénavant proposés à tous. Un bon geste pour la planète et un bon point pour le SIVU.

Cependant deux jours végétariens tombent les mercredis, journées sans école… Ainsi les élèves, ne restant pas au centre de loisirs, ne mangeraient au final végétarien à l’école que deux fois par mois?

Pas vraiment, car des menus végétariens « cachés », non coloriés en vert, (en jaune sur notre photo) sont proposés à tous. Composés généralement d’oeufs ou de fromage, ils n’apparaissent pas avec le label végétarien sur le document donné aux familles. Curieux.

Greenpeace en vue.

De ce fait, certaines semaines, les enfants des centres de loisirs déjeunent végétariens deux fois par semaine. Preuve que la campagne nationale de l’association Greenpeace pour proposer deux menus sans viande dans les cantines est réaliste car en partie déjà effective sur Bordeaux.

https://act.greenpeace.org/page/16893/petition/1?locale=fr-FR

A la carte.

Nouveauté pour cette rentrée scolaire,  en tant que parent vous pouvez choisir, pour l’année, le profil de repas qui sera proposé à votre enfant: classique, sans porc ou sans viande.

Attention, cependant l’appellation sans viande, ne veut pas dire sans protéine animale car du poisson pourra lui être proposé.

Même si certains de ses choix ne sont pas encore totalement assumés, il est indéniable que le Sivu progresse sur ses propositions de menus végétariens en se pliant peu à peu à l’époque et aux demandes exprimées par les parents.

Pour aller plus loin, la solution sera certainement politique avec un affichage clair et donc des choix à la restauration scolaire assumés, ce qui n’est pas actuellement le cas.

Aujourd’hui, compte tenu d’une situation écologique catastrophique, les parents sont capables d’entendre que la préservation de la ressource ou la défense de la planète passe nécessairement par une baisse de notre consommation de poissons ou de viande, et que cela commence par l’assiette de leur enfant.