Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , ,

thomas Pesquet

La 5G arrive !

La 5G, c’est cette cinquième génération de standarts pour la téléphonie mobile qui d’après les promoteurs va permettre d’aller plus vite, toujours plus vite. Ils nous promettent des débits jusqu’à 10 fois supérieurs à ceux de la 4G, ce qui sous entend un temps de chargement d’une page internet ou d’un film par exemple, dix fois plus rapide !  Et surtout une densité de connexion qui permettra de connecter chez soi dix fois plus d’objets simultanément à un même réseau. La 5G sera au service de la ville intelligente, la réalité virtuelle, la télémédecine, l’industrie du futur…

Plus performante, plus économe.

Après la 4G, qui devait déjà révolutionner nos vies, voilà qu’on nous annonce une nouvelle technologie qui nous permettrait de surfer sur internet avec nos smartphones à des « années-lumières » nous dit-on des réseaux actuels.

Il faut dire que les partisans de cette dernière nouveauté technologique ne manquent pas d’arguments pour nous la vendre. Outre la vitesse de téléchargement, la technique  selon eux permettrait aussi une économie significative sur les batteries ce qui éviterait leur usure et réduirait aussi nos consommations d’énergie.

Pas d’opposition.

Pour l’instant, le discours technologique basé sur le progrès futur semble l’emporter sur les oppositions éventuelles. Dans les pays où la 5G a été lancée, Corée du Sud, Suisse, Etats Unis, si quelques opposants tentent de se faire entendre, l’opinion publique en général ne semble pas vraiment concernée par une éventuelle remise en question de cette nouvelle technologie.

Le seul argument, qui semble mobiliser, se fait au nom du principe de précaution, notamment autour des effets des rayonnements électromagnétiques ou encore de l’implantation des futures antennes. Si des pétitions ont bien été lancées et si certaines villes se sont opposées à l’installation de nouvelles antennes sur leur territoire, la grande majorité de la population ne semble pas encore prête à se mobiliser contre la 5G. D’autant que certains scientifiques estiment qu’il n’y a pas plus de raison d’avoir plus peur de la 5G que de la 3G ou la 4G.

Attention, danger!

La technologie de la 5G nécessite pourtant la pose d’une multiplication de petites antennes sans fil sur les poteaux de nos villes et de nos villages. Sachant que la 5G vient compléter les antennes déjà existantes, les opposants redoutent une augmentation massive de l’exposition aux rayonnements sans fil. Car la 5G ne pouvant utiliser les antennes relais 3G ou 4G déjà en place, du coup c’est un nouveau réseau d’antennes supplémentaires qui verra le jour. Sans évoquer, le lancement de nouveau satellites  pour soutenir ce nouveau réseau.

Déjà en 2017, 170 scientifiques de 37 pays, avaient recommandé un moratoire sur le déploiement de la 5G, « pour trouver des solutions aux dangers sanitaires et environnementaux » liés aux réseaux de la « cinquième génération ».

Débat démocratique.

En France, Agir pour l’Environnement et Priartém-Electrosensibles ainsi que d’autres associations ont demandé un moratoire quant au déploiement de ce nouveau réseau. https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/5g-exigeons-arret-immediat-toute-experimentation/46193

Pour ces associations le plus grand danger serait démocratique. Elles regrettent que l’installation  de la 5G, qui modifiera le quotidien de nos concitoyens, se fasse sans aucun débat public: « Développer un programme qui modifiera durablement l’environnement électromagnétique de la planète, les interactions homme-machine et le fonctionnement global de notre société, ne peut être imaginé sans une réflexion et un débat citoyen approfondis ».

antennes 5G

Bordeaux, ville pilote.

La France espère un premier déploiement de la 5G dans quelques grandes villes à la fin de 2020 et pour 2026, la couverture des deux tiers de la population. Bordeaux fait partie des neufs métropoles retenues pour expérimenter cette nouvelle technologie. https://www.arcep.fr/cartes-et-donnees/nos-publications-chiffrees/experimentations-5g-en-france/tableau-deploiements-5g.html#c17572

Pour Bordeaux Métropole, c’est l’opérateur Bouygues qui a été désigné pour tester la 5G. A Mérignac, en juillet 2018, une démonstration des « vertus » de la 5G, avec voiture connectée pilotée à distance et réalité virtuelle a déjà été réalisée. C’est l’équipementier Chinois Huawei qui sera partenaire de Bouygues pour ses appareils 5G et l’implantation de ses antennes.

Depuis ces essais, largement médiatisés, plus aucune information de la part de l’opérateur ni de la collectivité. Sur le site de Bordeaux Métropole, une rapide recherche avec  le mot clé  » 5 G » ne donne aucun résultat, même constat sur le site de la ville de Bordeaux.

Ce manque de communication interroge quelque peu sur la ville de demain. 

D’autant qu’au détour d’une recherche internet, on peut lire  sur https://www.bfmtv.com/tech/5g-voici-les-11-lieux-selectionnes-pour-tester-sa-version-la-plus-rapide-1782718.html  que la ville de Bordeaux expérimente(ra?)la pose des petites antennes nécessaires à la 5G sur les lampadaires des quais. Un essai qui permettra de relier opéra, écoles de commerces proches, quai des marques et cité du vin.  On est contents de l’apprendre par voie « officieuse »…

Car à l’heure de la « co-construction » municipale, affichée lors de tout aménagement urbain, il est étonnant de constater qu’en ce qui concerne la 5G, très peu d’informations circulent.

Il serait donc souhaitable qu’avant de commencer à déployer la 5G et à poser ses antennes, un effort soit entrepris afin d’expliquer à la population ce qu’est cette technologie, à se  montrer totalement transparents quant à ces effets sur l’environnement et à avertir les quartiers  concernés. Ce qui n’est pas le cas actuellement.

Et enfin dernière chose, si la 5G réussit son opération séduction, indiquer le coût écologique avec la mise sur le marché de ces nouveaux portables, nouvelle génération, les « vieux » smartphones 4G ou 3G n’étant pas compatibles avec cette nouvelle technologie. C’est certainement la raison pour laquelle les opérateurs et les grandes marques de smartphones, dont les ventes chutent ces dernières années, voient arriver la 5G avec autant d’enthousiasme. 

Pas certain que la ville intelligente qu’on nous promet, grâce à la 5G, soit forcément plus écologique, ni plus démocratique…